Basilique

Basilique

La basilique constantinienne disparut progressivement. Un peu plus de 150 ans s’écoulèrent entre la première décision de Nicolas V Parentucelli d’agrandir et de restaurer l’ancienne basilique, ce qu’il confia à Rossellino dans la deuxième moitié du XVe siècle, et l’achèvement du nouvel édifice, dont la façade fut inaugurée en 1612. Cela peut sembler très long si l’on pense au nombre d’années, mais c’est tout à fait compréhensible lorsque l’on songe à l’immense masse de travail que cela comportait, sans compter les innombrables changements apportés aux projets. Étudier la genèse de la basilique Saint-Pierre équivaut à approfondir l’histoire et l’évolution de la pensée et de l’art au cours des différentes époques de l’histoire.

Pendant les plus de cent cinquante ans qu’il fallut pour achever les travaux de la basilique, la Fabrique de Saint-Pierre fut dirigée par les artistes les plus célèbres de l’époque : depuis Raphaël qui, aux environs de 1514, décida de transformer le plan en croix grecque de l’édifice de Bramante en une croix latine, à Antonio da Sangallo le Jeune et à Michel-Ange qui, sous le pontificat de Paul III, décida non seulement de reprendre le plan en croix grecque d’origine, mais dessina aussi la coupole dont il suivit personnellement la réalisation jusqu’à sa mort en 1564. Au cours des trente années qui suivirent, la direction de la Fabrique de Saint-Pierre fut confiée d’abord à Vignole, puis aux architectes Giacomo Della Porta et Domenico Fontana à qui on doit accorder le mérite d’avoir achevé, vers 1588, la coupole de Michel-Ange. C’est grâce à l’intervention de Carlo Maderno que la basilique Saint-Pierre en arrive à avoir son aspect actuel, car il revint au plan basilical en croix latine et définit le côté scénographique de la façade. Les travaux de la basilique s’achevèrent par sa consécration solennelle sous le pontificat d’Urbain VIII en 1626, mais c’est seulement entre 1656 et 1667 qu’Alexandre VII commanda au Bernin le dessin et la réalisation du grand portique de la colonnade, autour de la place, avec en son cœur l’obélisque du Ier siècle av. J.C. Placé à l’origine au centre de l’axe du cirque de Caligula où eut lieu le martyre de saint Pierre, il fut transporté et mis dans sa position actuelle en 1585 par Domenico Fontana, comme le voulut le pape Sixte Quint.

Capable d’accueillir 20 000 fidèles, la basilique Saint-Pierre est longue d’environ 190 mètres, les trois nefs sont larges de 58 mètres, la nef centrale, jusqu’au sommet de la voûte, est haute de 45,50 mètres, la coupole atteint les 136 mètres de hauteur jusqu’à la croix ; l’intérieur, caractérisé par de très nombreuses decorations en mosaïque, devient un écrin précieux pour certaines des œuvres d’art les plus célèbres du monde, comme le baldaquin du Bernin et la statue de la Pietà de Michel-Ange.