Les cours du Vatican

Les cours du Vatican

Quand on laisse sur sa gauche la Cour des Cuirasses et que l’on traverse le Vestibule des Quatre Grilles, on arrive à la Cour de la Pigne, qui couvrait en partie l’espace du Belvédère (XVIe siècle). C’est Jules II qui avait chargé en 1506 l’architecte Donato Bramante de dessiner cette cour pour relier le palais d’Innocent VIII (1484-1492) à la Chapelle Sixtine, commandée par Sixte IV (1471-1484). En son temps, cette cour était divisée en trois parties à des niveaux différents, qui étaient reliées entre elles par des rampes élégantes, et elle était fermée sur les côtés par des bâtiments scandés de lésènes surmontées de larges arcades. Le sol et les ailes latérales présentaient une légère inclinaison vers la Chapelle Sixtine, de façon à ce que la cour semble encore plus étendue à ceux qui regardaient par les fenêtres des appartements du pape. À l’extrêmité nord, une grande niche devait achever la fuite de la perspective : réalisée en 1565 par l’architecte Pirro Ligorio qui s’inspira de la coupole du Panthéon, on la voit actuellement dans la Cour de la Pigne. Les gravures de la première moitié du XVIe siècle peuvent donner une idée des fêtes et des carrousels qui s’y déroulaient. À la fin du XVIe siècle, la Cour du Belvédère fut divisée en deux parties par la construction d’une aile transversale de la Bibliothèque de Sixte Quint (1585-1590). C’est ainsi qu’en 1822, on bâtit un deuxième bâtiment transversal, appelé « Braccio Nuovo » (Nouvelle aile), et qui devait abriter une collection de statues (voir page 68). L’on a donc aujourd’hui trois espaces ouverts : la Cour de la Pigne, la Cour de la Bibliothèque et la Cour du Belvédère.

La Cour de la Pigne doit son nom à une immense pomme de pin en bronze, d’environ 4 mètres de haut, placée dans la niche du Palais du Belvédère. À l’époque classique, elle se trouvait à Rome près du Panthéon, dans ce qui est devenu le quartier de la Pigne ; au Moyen Âge, elle fut probablement transportée dans l’ambulacre de l’ancienne basilique Saint-Pierre, avant d’être placée ici en 1608. De part et d’autre, on remarquera deux paons de bronze, copies d’originaux du IIe siècle apr. J.C, conservés dans le Braccio Nuovo.
Au centre du vaste espace ouvert, on admirera deux sphères concentriques du sculpteur Arnaldo Pomodoro (1990).