JUBILÉ DE LA MISÉRICORDE

JUBILÉ DE LA MISÉRICORDE  

Donner à manger aux affamés et donner à boire aux assoiffés

Le 29 novembre 2015, le Pape François, à l’occasion de son voyage apostolique en Afrique, a ouvert la Porte Sainte de la cathédrale de Bangui, donnant ainsi le départ du Jubilé de la Miséricorde, signe tangible de la proximité de l’Église non seulement à la République centrafricaine, mais au continent tout entier. L’Année Sainte Extraordinaire, comme l’a rappelé le Saint-Père, est l’occasion de donner un nouvel éclairage aux paroles de Jésus qui, dans l’Évangile de Luc, invite à être miséricordieux «comme notre Père est miséricordieux». En cette année particulière de grâce, l’Église est appelée à être témoin de la miséricorde de Dieu, par des gestes concrets de pardon, de soutien, d’aide et d’amour. L’année jubilaire sera célébrée par une série d’émissions philatéliques pour un total de dix valeurs: les deux premières illustrent l’ouverture de la Porte Sainte à Saint-Pierre et la fête de l’Immaculée Conception; suivent les sept œuvres de miséricorde corporelle, et la dernière valeur consacrée à la solennité du Christ Roi de l’Univers, qui sera célébrée le 20 novembre 2016, jour de la conclusion de l’année jubilaire. Les émissions seront réalisées par différents artistes. Les deux premières valeurs sont l’œuvre de Gabriella Titotto. Stefano Morri, pour sa part, s’est essayé à la représentation des œuvres de miséricorde: donner à manger aux affamés et donner à boire aux assoiffés. Dans la société moderne, en particulier dans les pays développés, ces gestes pourraient sembler appartenir au passé, ils sont, en réalité, plus actuels qu’on ne le croie. Ainsi, ont été représentées des personnes qui nourrissent des migrants naufragés sur une plage, mais aussi un musulman, un chrétien et un juif qui partagent fraternellement l’eau d’un puits.