Corps de la Gendarmerie

Corps de la Gendarmerie

Par la Loi LXVII du 15 Décembre 1970, la Commission Pontificale pour l’Etat de la Cité du Vatican a dissout le Corps de Gendarmerie – fondé le 14 Juillet 1816 par le Pape Pie VII – suite à la Lettre du 14 Septembre 1970 du Pape Paul VI, par laquelle étaient abolis tous les Corps Militaires de l’Etat de la Cité du Vatican, sauf la Garde Suisse Pontificale.

Un Bureau Central de Vigilance fut alors constitué auprès du Gouvernatorat de l’Etat de la Cité du Vatican. A ce bureau furent attribués, en plus des fonctions générales de vigilance et de contrôle de l’application des lois, des règlements et des ordonnances des autorités de l’Etat, le rôle de police de sécurité de l’Etat et des personnes et objets qui s’y trouvent, et ceux de police judiciaire et police de la circulation routière.

La Loi n. CLXVIII du 25 Mars 1991, modification partielle de la Loi constitutive LXVIII du 15 Décembre 1970, changea à nouveau l’appellation du Bureau en « Corps de Vigilance de l’Etat de la Cité di Vatican ».

Le 2 Janvier 2002, par la Loi CCCLXXIV, la Commission Pontificale pour l’Etat de la Cité di Vatican changea encore l’appellation en celle de « Corps de la Gendarmerie de l’Etat de la Cité du Vatican ».

Enfin, le 16 Juillet 2002, par la Loi CCCLXXXIV sur le Gouvernement de l’Etat de la Cité du Vatican, Sa Sainteté le Pape Jean Paul II institua, entre autre, la Direction des Services de Sécurité et Protection Civile dont dépendent le Corps de la Gendarmerie et le Corps des Pompiers, et établit que le Corps de la Gendarmerie
- s’occupe de la sécurité et de l’ordre public,
- assume les rules institutionnels de police, y compris ceux de frontière, de police judiciaire et tributaire, pour assurer la sécurité des lieux et des personnes, le maintien de l’ordre public et la prévention et répression des délits.

Actuellement, les effectifs du Corps de la Gendarmerie s’élèvent à 130 éléments.